Dossiers séries TV En une Fantastique

Voyage dans l’inconnu : La série

Par Christophe Dordain

 

Une série d'histoires alliant le bizarre, le fantastique et le surnaturel. Une brève anthologie télévisuelle, créée par John Wilder et produite par Quinn Martin pour NBC Television, où les héros ne sont pas forcément ceux que l'on croit...

voyage-dans-linconnu-serie-7
Crédits photo : NBC Television / Quinn Martin Production
LA CONCEPTION DE LA SERIE

Au début des années 70, et plus précisément depuis 1971 (année de sortie de "The Mephisto Waltz", mis en scène par Paul Wendkos, avec Jacqueline Bisset et Alan Alda dans les rôles principaux, film que Quinn Martin avait produit), le nabab du petit écran s'était définitivement imposé tel un producteur majeur du paysage hollywoodien. Aussi bien dans l'univers de la télévision que, désormais, dans celui du cinéma. Ouvert à tous les genres de séries télévisées qu'elles soient policières ("Les Rues de San Francisco", "Le Fugitif"), de science-fiction ("Les Envahisseurs") ou bien relevant du monde des détectives privés ("Cannon", "Barnaby Jones"), Quinn Martin aura connu, jusqu'au milieu de la décennie 70, une suite quasiment ininterrompue de succès. Toutefois, il est un genre télévisuel où Martin ne s'était pas encore illustré à l'époque : l'anthologie fantastique.

Parmi les nombreux collaborateurs de Quinn Martin se trouvait John Wilder. Ce dernier, en 1975, venait de quitter sa fonction de producteur au terme de la troisième saison de la série "Les Rues de San Francisco" (avec Karl Malden et Michael Douglas). Scénariste de formation, il avait notamment collaboré à de prestigieux programmes tels que "Le Proscrit" (avec Chuck Connors) et "Peyton Place" (avec Ryan O' Neal). Cela étant, Wilder est, à ce moment-là quelque peu lassé par le fait de devoir suivre à la lettre les exigences de Quinn Martin même s'il s'entend fort bien avec lui. Gagné par une volonté d'indépendance dans son travail, Wilder accueille de fait avec satisfaction la réponse positive de Martin à la lecture d'un nouveau concept qu'il a imaginé baptisé : "Nightmare". Mais c'était sans compter avec la réaction des responsables du réseau NBC qui ne veulent pas entendre parler de ce genre de programme. Aussi, le projet "Nightmare" tombe-t-il momentanément dans l'oubli...

Un an plus tard, autre stratégie et donc autre attitude ! Pour ne pas dire changement de cap à 180 degrés. En effet, les dirigeants de NBC contactent Quinn Martin afin de lui proposer de produire une nouvelle série relevant de l'anthologie fantastique ! Pourquoi un tel retournement de situation ? Mystère... Immédiatement, Martin en discute avec John Wilder lors d'un festival se tenant à San Francisco. Wilder, reprenant la balle au bond, propose au célèbre producteur un concept potentiellement  intitulé "Quinn Martin's Thriller" ou "Quinn Martin's Tales of the Unexpected". Il envisage même de demander à Martin d'apparaître au début de chaque épisode. Le tout dans un style rappelant celui de Rod Serling pour "La Quatrième Dimension" et "Night Gallery" : "J'ai écrit pour lui un texte d'introduction qu'il devait lire alors qu'il traverserait différents décors au début de chaque épisode. Je souhaitais même qu'il fasse cela chaque semaine. Je trouvais cette idée vraiment très stimulante. Car Quinn Martin était l'un des plus grands producteurs de séries si ce n'est le meilleur. Pourquoi n'a-t-il finalement pas accepté de le faire ? Je ne le sais pas. Il devait avoir ses raisons" déclarait John Wilder à ce sujet (sources : Quinn Martin, Producer par Jonathan Etter, 2003).

Quand "Voyage dans l'Inconnu" (titre français qui respecte bien l'esprit de la série) entre en production à l'automne 1976, toutes les conditions sont ainsi réunies pour faire de cette nouvelle série un succès immédiat. Notamment, et c'est le plus important, de nombreux scénarios sont déjà prêts à être filmés certains d'entre eux datant du projet "Nightmare". Tel est le cas par exemple de l'épisode "A Hand For Sonny Blue / La Main de Dieu" mettant en vedette Ricky Nelson. Au sujet de celui-ci Wilder déclarait ceci : "cet épisode était adapté d'une nouvelle racontant le terrible drame d'un pianiste qui avait perdu une main lors d'un accident et auquel on avait greffé un nouveau membre qui, très rapidement, allait déclencher des événements criminels. Dans le scénario que j'ai écrit, le pianiste était devenu un joueur de base-ball. Comme je connaissais bien l'acteur Ricky Nelson, j'ai tout de suite penser à lui pour le rôle principal. Quant au rôle du coach de son équipe de base-ball, nous l'avons confié à Carl Weathers" (cf : sources citées précédemment).

voyage-dans-linconnu-serie-5
Ricky Nelson dans l'épisode La main de Dieu / Crédits photo : NBC Television / Quinn Martin Production
LA DIFFUSION DE "VOYAGE DANS L'INCONNU"

Soutenue par la voix majestueuse de William Conrad, qui dictait l'introduction de chacun des épisodes, et pulsée par une brillante musique composée par le talentueux David Shire, le grand lancement de "Voyage dans l'Inconnu" se produit le mercredi 02 février 1977 à 22h00 avec l'épisode "The Final Chapter" mettant en vedette Roy Thinnes dans le rôle d'un journaliste qui est bien décidé à écrire un article digne de ce nom sur la peine de mort. Pour cela, il accepte d'être lui-même enfermé dans le terrible "Death row" ou "couloir de la mort"... Une interrogation sur ce point. Pourquoi cet épisode n'a-t-il pas été doublé lors de la diffusion de la série par TF1 en 1978 ? Cela demeure encore un mystère télévisuel de plus aujourd'hui surtout au regard de la popularité de Roy Thinnes auprès des téléspectateurs français des années 70...

Toutefois, après un bon démarrage et trois épisodes produits, John Wilder abandonne le navire. Ayant fait l'objet d'une sollicitation qu'il ne pouvait pas refuser. En l'occurrence assumer le développement et l'écriture de 12 des 26 épisodes de la série-fleuve "Colorado" (qui sera finalement diffusée lors de la saison 1978/1979. Aussi Wilder est-il remplacé par un autre collaborateur de longue date de Quinn Martin : William Robert Yates. Producteur de 43 épisodes de la série "Les Rues de San Francisco" entre 1973 et 1975, Yates se lance à corps perdu dans cette nouvelle entreprise avec d'autant plus de facilité que les scénarios étaient déjà rédigés et les téléastes déjà engagés. Yates était d'ailleurs persuadé que si "Voyage dans l'Inconnu" passait le cap de la première saison alors la série deviendrait un hit majeur.

Tel ne fut malheureusement pas le cas. Dès le 16 mars 1977 et la diffusion du sixième épisode, "The Force Of Evil / Les Forces du Diable" avec Lloyd Bridges, l'arrêt de mort de la série est prononcé. Pourquoi cet arrêt brutal ? Paradoxalement, il ne semble pas que ce soit l'audience qui soit ici mise en doute quoique "Voyage dans l'Inconnu" ait eu fort à faire dans le registre de la concurrence en affrontant les "Drôles de Dames" qui était programmée par le réseau ABC le mercredi soir. Parmi les raisons invoquées, on cite plutôt le coût exorbitant des effets spéciaux. Citons pour cela les propos de Richard Brockway qui supervisait le montage des épisodes de la série : "C'était un programme très difficile à monter car il y avait toute une palette d'effets visuels à concevoir tout aussi inattendus les uns que les autres. Par exemple, dans l'épisode "Devil Pack Writer", il y avait des chiens dont les yeux rouges brillaient dans la nuit. Il fallait que la couleur rouge soit correctement centrée dans les pupilles de leurs yeux sinon on frôlait le ridicule. C'était un véritable cauchemar à monter surtout que Quinn Martin vérifiait personnellement tous les rushs chaque soir et rien ne lui échappait. Aussi fallait-il travailler à un rythme infernal difficilement tenable pour une série hebdomadaire. Aujourd'hui, tout est bien plus simple avec l'informatique mais, à l'époque, cela demandait parfois des journées complètes de dur labeur. La société d'effets optiques arrivait avec les rushs qu'elle avait retravaillés, et si le résultat n'était pas satisfaisant les ennuis commençaient..." (cf : sources citées précédemment).

Walter Grauman, grand réalisateur de télévision très souvent sollicité par Quinn Martin, a confirmé cette impression générale ressentie notamment au cours du tournage de l'épisode "No Way Out / Sans Issue" mettant en vedette Bill Bixby et Dean Stockwell. Cet épisode nécessitant la reconstitution d'une tempête en mer, rien que cela !

Ainsi, les deux derniers épisodes produits seront-ils diffusés au mois d'août 77 avant que l'anthologie "Voyage dans l'Inconnu" ne disparaisse de la mémoire télévisuelle internationale. En France, à notre connaissance, la série n'a été programmée qu'une seule fois par TF1, le samedi soir vers 21h45, du 21 octobre au 25 novembre 1978. Depuis, plus rien... Bref, mesdames et messieurs les responsables des chaînes de télévision, à vous de jouer !

voyage-dans-linconnu-serie-9
David Birney dans l'épisode Les Nomades / Crédits photo : NBC Television / Quinn Martin Production
POURQUOI REVOIR CETTE SERIE AUJOURD'HUI ?

Plusieurs facteurs brièvement présentés permettent de plaider en la faveur d'une rediffusion de "Voyage dans l'Inconnu". Pourquoi pas sur une plate-forme de streaming type Netflix ?

- La qualité de la réalisation tout d'abord. Parce que des téléastes majeurs ont été sollicités pour réaliser les 8 épisodes que compte la série. On citera notamment Richard Lang (pour 3 épisodes), Allen Reisner (pour deux segments), Walter Grauman, Harry Falk et Curtis Harrington.

- L'appel à de bons scénaristes ensuite tels que John Wilder, Ken Trevey, Earl Wallace, Robert Malcom Young, etc. Autant de symboles de la qualité d'écriture en vogue dans l'univers de la télévision américaine des années 70. Ainsi, le scénario de John Wilder pour l'épisode "A Hand For Sonny Blue / La Main de Dieu" n'est-il pas sans rappeler celui d'un film mis en scène par Oliver Stone quatre ans plus tard ? C'était en 1981, "La Main du Cauchemar", avec Michael Caine ?

- Le niveau de production de tous les programmes conçus par Quinn Martin. Notamment avec le recours à des vedettes-invitées de premier choix. Bien évidemment, "Voyage dans l'Inconnu" ne fait pas exception à cette règle intangible : Bill Bixby, Roy Thinnes, David Birney, Lloyd Bridges, Robert Foxworth, Pat Crowley, Tim O' Connor, Christine Belford, etc. Que demander de plus ?

Alors les chaînes du câble et du satellite ? Vous qui avez eu le courage, en son temps, de rediffuser des curiosités telles que "La Brigade des Maléfices" avec Léo Campion, "L'Alphoméga" avec Henri Virlogeux, "L'Ile Mystérieuse" avec Omar Sharif voire même une vieille série allemande de SF datant de 1966, "Commando Spatial", n'est-il pas temps de remettre à l'honneur "Voyage dans l'Inconnu" ?

voyage-dans-linconnu-serie-3
Roy Thinnes dans l'épisode The Final Chapter / Crédits photo : NBC Television / Quinn Martin Production
FICHE TECHNIQUE

Producteur exécutif : Quinn Martin
Producteurs : John Wilder, William Robert Yates
Responsables de la production : Art Levinson, Gary Credle
Producteur délégué : Edward Teets
Responsable du recrutement : John Conwell
Supervision de la post-production : Don Hall
Consultants aux scénarios : Nina Laemmle, Art Lorin, Jerry Ziegman
Directeur de la photographie : Michel Hugo
Assistants à la réalisation : Nate Haggard, Bob Enrietto, John Anderson
Directeurs artistiques : Herman Zimmerman, Joel Schiller
Décors : Leonard A. Mazzola, Don Greenwood
Montage : Ray Daniels, Jerry Young, Douglas Robertson
Supervision du montage : Richard Brockway
Thème musical : David Shire
Supervision de la musique : John Elizalde
Musique : Richard Markowitz, Duane Tatro, Michael Mention, Don Bagley
Montage de la musique : Ken Wilkoit
Montage du son : William Stevenson
Conception du générique : Dan Perri
Effets spéciaux : Charles E. Dolan
Matériel de tournage : Panavision
Automobiles fournis par : Ford Motor Company
Production : Quinn Martin Production (1977) pour NBC Television

 

LE GUIDE DES EPISODES

ça peut vous interesser

Les Bannis : Guide des épisodes

Rédaction

Les Bannis : Une épopée réaliste de l’Ouest américain

Rédaction

La Une est à Vous : 02 février 1974

Rédaction