Dossiers séries TV Western

Cimarron avec Stuart Whitman

Par Christophe Dordain

Cette série met en scène le Marshal Jim Crown. Nous sommes presque à la fin du XIXème siècle. Il fait régner l'ordre à Cimarron Strip, une région désertique située à la frontière du Kansas et de l'Oklahoma. Cette dernière est occupée par les éleveurs de bétail et des fermiers. Elle est aussi la voisine de territoires indiens. Pour mener son travail à bien, Jim Crown est assisté de Mac Gregor, son adjoint écossais. Mais aussi d'un jeune photographe, Francis Wilde. Sous oublier la délicieuse Dulcey Coopersmith...

cimarron-serie-guide-6
Crédits photo : CBS Television - Viacom - Rimini Editions pour la sortie en DVD
LE WESTERN A LA TELEVISION AMERICAINE

La fiction télé et le western sont étroitement liés. Genre mythique aux Etats-Unis, le western remplissait les salles de séries B tournées à la chaîne durant les années 40 et 50. Lorsque la production devint plus coûteuse, de nombreux artisans du grand écran s’intéressèrent à la télévision, alors médium débutant encore entouré de scepticisme. La petite lucarne était demandeuse en effet de productions en série. Ces dernières étaient susceptibles de fidéliser un public encore jeune.

D'abord à la radio

Les succès du cinéma et de la radio trouvèrent alors une vie nouvelle et certains programmes allaient être appelés à une longue et glorieuse existence, comme "Gunsmoke" interprété à la radio par William Conrad et bientôt immortalisé sur le petit écran par James Arness, frère de Peter Graves à la ville et incarnation d’un envahisseur d’outre-espace dans La chose d’un autre monde de Howard Hawks et Christian Nyby.

Premières galopades au petit écran

Source de richesses insoupçonnées à ses débuts, la télévision se mit à construire ses propres légendes en reprenant des personnages déjà éprouvés, faisant partie intégrante du folklore de l’Ouest : William Boyd fit ainsi fortune en incarnant Hopalong Cassidy dans une quarantaine d’épisodes télé entre 1949 et 1951 tandis que d’autres lui emboitaient le pas, Gene Autry en 1950 et Roy Rogers en 1951.

Le cow-boy télévisuel est fidèle à la mythologie du héros solitaire. "The Lone Ranger", avec Clayton Moore, reste l’une de ses représentations les plus symboliques avec ses 221 épisodes diffusés entre 1949 et 1957 et son succès ouvrit la voie à un autre justicier masqué qui connut son heure de gloire à la télévision entre 1958 et 1960, signant ses exploits d’un Z resté fameux.

L’influence de la bande dessinée est manifeste dans ces personnages manichéens souvent flanqués d’un cheval fétiche, qu’on l’appelle Silver ou Tornado, et d’un faire-valoir vaguement comique (Bernardo, Tonto et alii). "The Adventures of Wild Bill Hickock", "Buffalo Bill Jr", "Range Rider", "The Adventures of Kit Carson", "Bat Masterson", "Bronco", "Cheyenne", "Cisco Kid" sont quelques-uns des héros solitaires qui chevauchent la lucarne au tournant des décennies 50 et 60.

Un western plus adulte

C’est aussi à cette période que naît ce que l’on a appelé le western « adulte », c’est-à-dire destiné au public adulte du début de soirée. En septembre 1955, ABC programme "The Life and Legend of Wyatt Earp", avec Hugh O’Brian, qui contera sur 225 épisodes, jusqu’en 1961, la vie et les aventures de ce personnage légendaire de l’Ouest, immortalisé au cinéma par John Ford et John Sturges avec des noms prestigieux comme Bat Masterson, Doc Holliday, Tombstone ou O.K. Corral...

Quelques jours plus tard, CBS lance son "Gunsmoke" qui tiendra l’antenne jusqu’en 1975. James Arness ne tardant pas à revenir dans un rôle de nouveau emblématique dans La Conquête de l’Ouest. Dans la même veine, "The Restless Gun" met en scène un héros « maudit ». Ce dernier voyageant de ville en ville où sa réputation de tireur redoutable le rend souvent indésirable. Tandis que "Have Gun, Will Travel" propulse le personnage de Paladin, redresseur de torts incarné par Richard Boone, en tête des audiences.

Western en séries

ABC, en partenariat avec Warner Bros., commande alors une série de produits formatés qui dureront pour la plupart de trois à cinq ans. "Cheyenne" est bâti sur la forte carrure de Clint Walker. "The Lawman" sur l’association d’un shérif expérimenté et d’un jeune assistant, campés par John Russell et Peter Brown. Les autres ont pour titres "Sugarfoot", "Colt .45", "Bronco" et "Maverick". Cette dernière est restée la plus fameuse en raison sans doute de la personnalité de James Garner, l’interprète de Bret Maverick. Mais aussi de ses partenaires Robert Colbert, Jack Kelly et Roger Moore.

L'apogée des années 60

Le tournant des années 60 marque ainsi une sorte d’âge d’or du western télé, voyant l’apparition également de "Bonanza". Un autre programme mythique de l’Histoire du western, voire de la télévision. En 1957, la société Four Star (fondée par Dick Powell, Ida Lupino, David Niven et Charles Boyer), productrice de plusieurs des programmes précités, lance une série narrant les exploits d’un Texas Ranger, Hoby Gilman, dans l’Ouest de l’après-guerre de Sécession. "Trackdown" durera deux ans et 71 épisodes, révélant le comédien Robert Culp. Ce dernier qui s’y sentira d’ailleurs si malheureux qu’il déclarera après cette expérience ne plus jamais vouloir de série télé ! (Ce qui ne l’empêchera pas d’être l’un des héros de la série "Les Espions" six ans plus tard et de rempiler pour "The Greatest American Hero" au début des années 80.)

D'autres séries vont venir illustrer le genre notamment "Le Virginien" produite entre autres par Charles Marquis Warren dès 1962. La série durera pendant 9 années. Citons encore "La Grande Vallée" diffusée par CBS à partir de 1965. Sans oublier "Ranch L", "Hondo", "Les Bannis", etc. Il faut enfin souligner que c'est le même réseau CBS qui lancera, deux ans plus tard, "Cimarron", objet du présent article.

(Sources : Thierry Le Peut pour le magazine Arrêt sur Séries).

cimarron-serie-guide-9
Stuart Whitman, Randy Boone, Percy Herbert et Jill Towsend / Crédits photo : CBS Television - Viacom - Rimini Editions pour la sortie en DVD
LE CONCEPT DE CIMARRON
Bienvenue à Cimarron Strip !

Nous sommes aux Etats-Unis d'Amérique en 1880, une époque où il reste encore de grands espaces à partager, et où un territoire n'est jamais vraiment conquis tant il est vrai qu'il ne l'est que tant qu'il n'est pas contesté... Dans ces contrées sauvages, le besoin de la loi se fait vite ressentir, une loi incarnée par le shérif, représentant de l'ordre élu par les habitants de la ville, ou par le marshall qui, lui, est directement nommé par le gouverneur de l'Etat. C'est le cas de Jim Crown, un policier très expérimenté, et qui va devoir prendre en charge un large espace d'où l'expression de "The Strip" qui, en anglais, signifie la bande, le lambeau de terre.

"Cimarron Strip", ce sont en effet, ces quelques milliers de miles de terre sauvage qui entourent la petite ville de Cimarron, à la frontière de l'Utah et de l'Arizona : un lieu de passage où il est particulièrement difficile de maintenir l'ordre entre les aventuriers, colons, convoyeurs de troupeaux, hors-la-loi, travailleurs de chemin de fer et indiens qui s'y croisent. Cette tâche délicate revient au marshall Jim Crown, justicier au grand coeur, dont l'astuce et les bons sentiments finissent toujours par triompher.

Rien ne manque dans cette série

Effectivement, on y retrouve avec plaisir (dans cette série western tournée en 1967) tout ce que le genre comporte d'action, de suspense et de dépaysement : les grands espaces américains, magnifiques et desséchés, les chevaux, les roulottes attelées, les "saloons" aux portes battantes, les indiens fiers et superstitieux, les femmes qui n'ont peur de rien, et les hommes très virils avec leur ceinture à boucle et leur chapeau à larges bords, etc.

Le marshall Jim Crown loge dans le principal hôtel de Cimarron, un établissement qui est tenu par Dulcey Coopersmith, une jeune femme originaire de la ville de Providence sur la côte Est. Dans les premiers épisodes, on apprend que Dulcey est venu à Cimarron afin d'y retrouver son père dont elle apprend rapidement le décès. Ce dernier lui a laissé en héritage un saloon avec un restaurant et un hôtel de sept chambres. Cet endroit devient le lieu d'habitation du marshall Crown qui y installe par ailleurs la prison dont les cellules seront vite occupées par les nombreux malfrats que Crown est amené à croiser au fur et à mesure des 26 épisodes.

Jim Crown n'est pas seul

Dans le quotidien, le marshall Crown peut compter sur l'aide bienvenue de McGregor, un fier écossais, au tempérament grincheux, mais au bon coeur, et qui a eu le malheur, ou le bonheur, de faire voler en éclats l'ancienne prison de Cimarron alors qu'il tentait de distiller du whisky ! Crown s'appuie de même sur les bons offices de Francis, un sympathique jeune homme, photographe à ses heures perdues, et quelque peu journaliste de tempérament.

cimarron-serie-guide-8
Crédits photo : CBS Television - Viacom - Rimini Editions pour la sortie en DVD
LE CREATEUR DE LA SERIE : CHRISTOPHER KNOPF
Un scénariste chevronné

Christopher Knofp est un scénariste très actif dans les années 60, entretenant une collaboration très étroite avec le réseau CBS. Un réseau pour le compte duquel il a écrit de nombreux scripts pour différents programmes. Par exemple, il a conçu les deux premiers épisodes qui ouvrent la série "La grande vallée", avec Barbara Stanwyck et Lee Majors. Celle-ci fut diffusée à partir de septembre 1965.

Christopher Knopf débute sa carrière sur l'anthologie "The Zane Grey Theater" pour lequel il écrit 6 scénarios, entre 1958 et 1961. Il conçoit également cinq scénarios pour "The Dick Powell Show", entre 1961 et 1963. Tout comme deux aventures de Josh Randall pour la série "Au Nom de la Loi", en 1958. Toutefois, c'est sa contribution à la totalité de la série "Cimarron" qui retient avant tout notre attention ici.

Christopher Knopf aura veillé à la qualité des scripts afin de ne pas banaliser les aventures trépidantes de Jim Crown. Surtout dans le cadre d'une série dont chaque épisode dure en moyenne 75 minutes. Un format rare pour ce type de programme. Et ce dernier nécessitait des histoires solidement charpentées.

Une rude concurrence

Il vous faut savoir que la série "Cimarron" était programmée par CBS le jeudi soir, entre 19h30 et 21h00, donc en concurrence frontale avec "Daniel Boone" et "L'homme de fer" que proposait NBC dans la même tranche horaire. Mais aussi avec "Batman", "La nonne volante" et "Ma sorcière bien aimée". En résumé, trois sitcoms de 26 minutes, qu'enchaînait ABC dans cette même case horaire.

Aussi, pour retenir l'attention d'un téléspectateur américain plus qu'habitué aux séries westerns, il fallait aux producteurs de "Cimarron", Leonard Freeman (pour le pilote), Bernard McEveety, Douglas Benton et Christopher Knopf (pour la série), des scripts d'une grande qualité. A ce titre, et avec le recul, on peut affirmer que le contrat fut rempli même si la série n'aura duré que le temps d'une saison.

cimarron-serie-guide-7
Crédits photo : CBS Television - Viacom - Rimini Editions pour la sortie en DVD
STUART WHITMAN EST JIM CROWN

Stuart Whitman est né en le 01 avril 1929 à San Francisco. Le comédien est décédé le 16 mars 2020.

A la fin de la Seconde Guerre mondiale, il demeure incorporé sous les drapeaux dans le corps des ingénieurs entre 1945 et 1948. Par la suite, il tente sa chance en Californie. Puis, Whitman débute rapidement au cinéma. Il a joué notamment sous la direction de Robert Wise dans "Le jour où la Terre s'arrêta" (1951), de Vincente Minnelli, "Brigadoon" (1954) de Richard Fleischer, "Duel dans la boue" (1958) de Ken Annakin, "Le jour le plus long" (1962) et dans "Ces merveilleux fous volants dans leurs drôles de machines" (1966), de René Clément et dans "Le jour et l'heure" (1962), etc.

Parmi d'autres prestations vues par les spectateurs français, on peut citer "Le crocodile de la mort" de Tobe Hooper. Mais aussi des téléfilms tels que "Le chasseur d'émeraudes" de Bernard L. Kowalski (1972) et "Les femmes en blanc" de Jerry London (1979). Sans oublier de nombreuses séries télévisées en tant que vedette-invitée. On citera entre autres "Les rues de San Francisco", "Hec Ramsey", "Cannon", "Section 4", "Quincy", "Section contre-enquête", "K 2000", "L'homme au katana", "L'île fantastique", "Matt Houston", "Espion modèle", "L'agence tous risques", "Hôtel", "Côte Ouest", "Arabesque", etc.

Stuart Whitman (qui est brillamment doublé en français par Jean-Claude Michel) avait trente-huit ans lorsqu'il a accepté de devenir le marshall Jim Crown dans "Cimarron". Or, c'est un programme pour lequel il aura toujours gardé une affection particulière. Notons que que la série a été développée dans le cadre d'un partenariat entre CBS Television et The Stuart Whitman Company.

cimarron-serie-guide-10
Percy Herbert, Stuart Whitman, Jill Townsend, Randy Boone / Crédits photo : CBS Television - Viacom - Rimini Editions pour la sortie en DVD
LES PARTENAIRES DE JIM CROWN

Francis (Randy Boone - voix française Bernard Murat)

Randy Boone est né le 17 janvier 1942, à La Fayette Ville, en Caroline du Nord. Parmi les faits marquants de sa carrière, on peut citer des participations à la série "La Quatrième Dimension" (créée par Rod Serling) ou bien encore "Le Virginien" avec James Drury, "Police des Plaines" avec James Arness, "Le Fugitif" avec David Janssen et "Hondo" avec Ralph Taeger.

Dulcey (Jill Townsend)

Jill Townsend est venue au monde le 25 janvier 1945 à Santa Monica en Californie. Après quelques participations à des séries telles "Les règles du jeu", "Le Virginien" et "L'homme de fer", la comédienne rejoint le casting de "Cimarron" à l'âge de 21 ans. Indépendamment de sa participation à la série, on a pu voir Jill Tonwsend aux côtés de Robert Conrad dans l'épisode "La Nuit du Trésor" ("The Night of the Sabatini Death"). C'était aux cours de la quatrième saison des "Mystères de l'Ouest". On citera aussi quelques épisodes de séries britanniques telles "Poigne de fer et séduction" ainsi que "Cosmos 1999". Pour le cinéma, deux films dominent sa modeste filmographie. Tout d'abord, "La Cible hurlante" de Douglas Hickox. Puis, "La malédiction de la vallée des rois" de Mike Newell aux côtés de Charlton Heston.

McGregor (Percy Hebert - voix française Marc de Georgi)

Percy Herbert est un acteur britannique né le 31 juillet 1920 à Londres en Angleterre. Il est décédé le 06 décembre 1992. Doté d'une forte carrure, et d'une voix tonitruante, on a aperçu sa grande carcasse déambuler dans de nombreuses productions cinématographiques. On retiendra notamment "Le pont de la rivière Kwai" de David Lean (1957). Ou bien encore "Les canons de Navarone" réalisé par Jack Lee Thompson (1961). Sans oublier "Les révoltés du Bounty" de Lewis Milestone (1962), "Casino Royale" (1967) et "Tobrouk" d'Arhur Hiller la même année. Enfin, une mention spéciale pour "Les oies sauvages" de Andrew Victor McLaglen (1978).

cimarron-serie-guide-4
Jill Townsend / Crédits photo : CBS Television - Viacom - Rimini Editions pour la sortie en DVD
FICHE TECHNIQUE

Créée par : Christopher Knopf
Produit par : Leonard Freeman (pilote), Bernard McEveety, Douglas Benton, Christopher Knopf
Producteur exécutif : Philip Leacock
Supervision de la production : Christopher Knopf
Responsable de la production : Christopher N. Seiter
Responsable de l'équipe de tournage : Lloyd Anderson
Consultants aux scénarios : Dan Ullman, Albert Aley
Assistant de production : James Heinz
Directeurs de la photographie : Harry Stradling, Jr, Monroe Haskins
Assistants-réalisateurs : Ben Efraïm (pilote), Bill Derwin, Christopher Seiter, Tim Zinneman
Thème musical : Maurice Jarre
Musique : Morton Stevens, Richard Shores, Leon Klatzkin, Harry Geller, George Dunning
Maquillage : Richard Cobos Casting : Ethel Winant (pilote), Pam Polifroni
Décors : Albert Heschong, Buck Henshaw, Donald E. Webb
Costumes : Richard Egan
Montage : Gene Fowler, Jr (pilote), Howard A. Smith, Donald W. Ernst, Danny B. Landres, Jack Kampschsroer, Stanley B. Campbell
Coordinations des cascades : Hal Needham
Cascadeurs : Richard Farnsworth, Jerry Brown, Walt LaRue, Buff Brady, John Hudkins, Bill Hart, Al Wyatt, Boyd "Red" Morgan, Jerry Summers, Dean Smith, Reg Parton, Roy Jenson, Tony Epper, Charles Horvath, Dan Ferrone, Walter Scott, Fred Lerner, Glenn Randall, Jr.
Lieux de tournage : CBS Studio Center (Republic Back Lot et Western Street), Bishop en Californie, Kanab dans l'Utah, et Tucson en Arizona
Produit par : CBS Television Network Production en association avec Stuart Whitman Production (1967/1968)

 

LE GUIDE DES EPISODES

ça peut vous interesser

Le courrier du désert : La série en DVD

Rédaction

Galactica, la série : Guide des épisodes

Rédaction

Galactica : La série

Rédaction