16 août 2022
Portraits en séries Réalisateurs

David Gerber : La qualité américaine

Par Christophe Dordain

Au milieu des années 70, le marché de la télévision américaine était dominé par plusieurs sociétés de production. Celle de Quinn Martin par exemple. Mais aussi celle de David Gerber. Avec l'appui du romancier Joseph Wambaugh, David Gerber a alors développé plusieurs séries policières de très grande qualité. Citons notamment "Police Story", "Joe Forrester" et "Sergent Anderson". Sans oublier aussi "Sam Cade", "Matt Helm" et "Sur la piste des cheyennes". Retour sur la carrière de cet immense producteur.

PREAMBULE

David Gerber est un producteur qui aura indiscutablement marqué de son empreinte l'univers des séries télévisées au cours de la décennie 1970. En effet, il est certain que avez profité et apprécié les programmes conçus par David Gerber. Des séries qui ont été très largement diffusées sur nos chaînes hexagonales depuis presque quarante ans. Sans parler désormais d'éditions en DVD proposées notamment par Elephant Films.

David Gerber était un producteur exigeant. Il était capable de réunir les meilleurs techniciens (citons Renee Valente, sa responsable des castings, Christopher Morgan et Mark Rodgers, ses producteurs associés). Il déployait de même une volonté récurrente de proposer aux public américain des programmes policiers à tendance vériste. Une démarche qu'illustre singulièrement la série "Police Story". Voilà pourquoi David Gerber fait partie du panthéon des grands "moguls" de l'âge d'or de la télévision américaine aux côtés de Roy Huggins, de Quinn Martin et de Stephen J. Cannell.

Travaillant en tant que producteur exécutif pour la firme Columbia Pictures Television dans les années 70 (puis pour MGM Television à la fin des années 80 et au début des années 90), David Gerber sera devenu, au fil du temps, un mentor pour de nombreux producteurs et réalisateurs dans la cité des anges. Il sera même l'heureux titulaire d'une étoile sur le fameux Walk of Fame à Hollywood depuis 2007.

Pour conclure ce bref préambule, citons le témoignage de Christopher Chulack, un téléaste souvent sollicité pour la série "Urgences". Chulack avait débuté en tant que responsable de la post-production pour le compte de David Gerber dans les années 80 : "Gerber m'a toujours rappelé l'importance de coller au plus près de la vérité dans les scénarios. Ainsi, il n'hésitait pas à mettre en jeu son propre salaire pour s'assurer que l'épisode ou le téléfilm sur lequel nous travaillions puisse bénéficier du temps nécessaire en cas de dépassement de budget. le tout afin de respecter ce principe fondamental. Gerber m'a donc beaucoup appris sur l'intégrité que l'on doit avoir dans ce business."

LES ANNEES DE FORMATION

Ce sens de la véracité, Gerber l'a apprise au cours de l'adolescence. Une période pendant laquelle il regardait des classiques du grand écran au cinéma le Brooklyn's Astor Theater (sur Flatbush, Avenue à New York). "Ce cinéma ne projetait que des films provenant de l'étranger ou des films anglais. C'est ainsi que j'ai vu, pour la première fois, "La Grande Illusion" mis en scène par Jean Renoir en 1938. J'en ai gardé un souvenir impérissable." Ce film de guerre qui relatait la vie quotidienne de trois pilotes français devenus prisonniers dans un camp pendant la Première Guerre mondiale. Il aura par la suite une résonance particulière pour un David Gerber mobilisé en tant que technicien radio sur un bombardier B-17 au cours de la Seconde Guerre mondiale. En effet, son appareil est abattu. David Gerber demeurera prisonnier à son tour au stalag 17B.

Après la Seconde Guerre mondiale, David Gerber entreprend des études à l'Université de Stockton en Californie. Peu après, il intègre une agence artistique. Il entre alors en contact avec le monde de la production télévisuelle qui est en plein essor à la fin des années 50. Il participe ainsi aux activités du studio Twentieth Century Fox au moment du lancement de la série "Voyage Au Fond des Mers". Une série imaginée par Irwin Allen. Elle fut diffusée de 1964 à 1968 sur ABC (avec Richard Basehart et David Heddison dans les rôles principaux).

D'autres séries vont alors profiter alors de ses compétences qui s'affirment dans les années 60. Citons "Room 222" et "Nanny and the Professor" (54 épisodes pour ce programme dont les vedettes étaient Juliet Mills et Richard Long. Une série programmée tardivement chez nous, à partir de décembre 1990). Toutefois, c'est avec la série "Madame et son Fantôme" que débute véritablement la carrière de David Gerber en tant que producteur exécutif. Ce programme compte 50 épisodes interprétés par Hope Lange et Edward Mulhare. Diffusion aux USA entre 1968 et 1970. En France, c'est seulement à partir du 15 mars 1987 que l'on a pu le découvrir sur FR3. Indiquons également que David Gerber a travaillé sur "L'Autobus à Impériale" en 1970. Une série qui a plus que marqué les adolescents de l'époque comme en témoigne son générique.

L'AGE D'OR DES ANNEES 70

Au début des années 70, David Gerber réussit son premier coup de maître avec "Sam Cade". Une série mettant en vedette Glenn Ford. Ce dernier est un shérif dont le champ d'action est le comté de Madrid City. Nous sommes dans l'état du Nouveau-Mexique. En France, la série sera programmée à partir de septembre 1972 sur la 1ère chaîne de l'O.R.T.F.

Le thème musical composé par Henry Mancini (marié aux images d'un Sam Cade parcourant les montagnes environnant Madrid City) fut déterminant pour la popularité de ce programme auprès du public français. Faire participer une star comme Glenn Ford à une série télévisée relevait de la gageure. Toutefois, le contrat fut largement remplie. "Cade's County", puisque tel son titre d'origine, fait depuis partie des séries-phares des années 70. Il est à noter que Série Club et la chaîne Polar auront proposé une rediffusion complète des épisodes dans les années 90. Malheureusement, il n'existe toujours pas d'édition en DVD.



En 1972, David Gerber est donc devenu suffisamment puissant pour s'imposer en tant que producteur indépendant. Débute alors pour lui une prolifique décennie où les séries policières représenteront sa priorité. Cette décennie est également marquée par la collaboration qu'entame David Gerber avec le romancier et scénariste de renom Joseph Wambaugh. Ensemble, ils vont s'atteler au développement de séries policières marquées par une volonté de réalisme aussi bien dans la description des enquêtes que dans celle de la vie quotidienne dans les commissariats des grandes mégapoles étatsuniennes.

Dans ce cadre précis, la série "Police Story", diffusée de 1973 à 1978 sur le réseau NBC, aura constitué un indéniable succès. Centrée sur le quotidien de policiers en action dans le département de la police de Los Angeles, tout en évitant d'avoir recours à des personnages récurrents, "Police Story" va de fait s'imposer comme un modèle qui favorisera l'éclosion ultérieure de "Capitaine Furillo" ("Hill Street Blues") dans les années 80 voire de "New York Police Blues" dans les années 90 cette fois.

Récompensée par Deux Emmy Awards (l"équivalent des Oscars), "Police Story" permettra à de jeunes scénaristes de se faire la main. Parmi eux, citons notamment Michael Mann qui deviendra ensuite l'extraordinaire cinéaste que l'on sait et le producteur avisé dans les années 80 de séries telles que "Deux Flics à Miami" ("Miami Vice") et "Crime Story" dont le titre s'avère être un hommage à sa consoeur des années 70.

"Police Story" servira également de plateforme de lancement de plusieurs séries dérivées. Citons plus particulièrement "Sergent Anderson" (avec Angie Dickinson et Earl Holliman). Initialement, Angie Dickinson était apparue dans l'épisode "The Gamble" au terme de la première saison de "Police Story". Angie Dickinson y jouait le rôle de l'officier Lisa Beaumont. Certes, l'actrice, alors mère d'un jeune garçon de 7 ans, n'envisageait pas de s'engager pour une série de longue durée. C'était sans compter avec l'opiniâtreté de David Gerber. "Sergent Anderson" sera diffusée pendant quatre saisons jusqu'en 1978.

Parmi les autres séries dérivées de l'univers de "Police Story", et qui aient été diffusées en France, on peut mentionner "Joe Forrester" avec Lloyd Bridges (1975/1976). Rappelons également que David Gerber avait lancé à la même époque "Matt Helm" (avec Anthony Franciosa, en 1975). Tout comme "Sur la Piste des Cheyennes" (avec Tim Matheson et Kurt Russell, en 1976).

TOUJOURS A LA BARRE

David Gerber a également produit de nombreux téléfilms vus en France dont "Le Kidnapping de Charles Lindbergh" en 1976. Il est également à l'origine d'une variante du fameux "Vol 93". Ce téléfilm a été diffusée le 30 janvier 2006 à la télévision américaine. Il aura reçu un vif succès tant public que critique (se voyant même attribué 6 nominations aux Emmy Awards ainsi que le prix David L. Wolper). Ce téléfilm relatait le détournement d'un des avions piratés par les terroristes le 11 septembre 2001. Un sujet déjà abordé dans le film mis en scène par Paul Greengrass en 2003.

Au rayon des séries TV, David Gerber a participé à la production des "Aventures de Sinbad" ("The Adventures of Sinbad"). Une série télévisée canadienne de 44 épisodes de 45 minutes. Créée par Ed Naha, elle fut diffusée entre le 28 septembre 1996 et le 24 mai 1998 en syndication aux USA. En France, la série a été diffusée à partir du 22 novembre 1998 sur M6. On lui doit par ailleurs une nouvelle version des aventures de Tarzan d'après le personnage créé par Edgar Rice Burrough, il s'agit de la série "Tarzan et Jane" programmée lors de la saison 2003/2004 le dimanche à 21h sur la chaîne WB.

Cette série que Gerber aura produite pour Warner Bros. Televison jetait un regard contemporain sur une vieille histoire : "deux décennies après la mort de ses parents dans la jungle africaine, le laissant grandir au sein des singes, l'oncle milliardaire de Tarzan l'a capturé et l'a forcé à revenir à New York. Cherchant à fuir son oncle tyrannique, Tarzan rencontre une jeune policière, Jane qui est déjà impliquée dans une relation sérieuse avec un homme, ele va devoir choisir entre sa vie civilisée et l'humanité." (Sources : extrait du dossier de presse). Mettant en vedette Travis Fimmel qui jouait ici son premier rôle et Mitch Pillegi qui incarnait son oncle tyrannique (que l'on a vu notamment dans "X-Files"). "Tarzan et Jane", dont la production s'est arrêtée au bout de 13 épisodes, a été programmée par TF1 à partir du 12 février 2005.

Continuant son bonhomme de chemin, en 2007, il avait prouvé qu'il demeurait actif puisqu'il avait produit 12 épisodes de la série "Kids Are in Charge : Family Vacation". Cette même année 2007, il avait inauguré sa propre étoile sur le fameux Hollywood Walk of Fame.

POUR CONCLURE

Marié depuis 1970 à la comédienne Laraine Stephens (partenaire d'Anthony Franciosa dans la série "Matt Helm"), David Gerber avait commercialisé aussi un vin cultivé, sous la supervision de Madame Gerber, dans son vignoble de la Sierra Foothills au nord de la Californie. David Gerber nous a quittés le 05 janvier 2010.

PRINCIPALES SERIES PRODUITES

- "Madame et son fantôme" (1968/1970)
- "L'Autobus à impériale" (1970)
- "Sam Cade" avec Glenn Ford (1971/1972)
- "Police Story" (1973/1978)
- "Sergent Anderson" avec Angie Dickinson, Earl Holliman, Charles Dierkop (1974/1978)
- "Vivre Libre" avec Gary Collins et Diana Muldaur (1974)
- "Joe Forrester" avec Lloyd Bridges (1975/1976)
- "Matt Helm" avec Anthony Franciosa (1975)
- "Sur La Piste des Cheyennes" avec Tim Matheson et Kurt Russell (1976)
- "Today's F.B.I." avec Mike Connors (1982)
- "Lady Blue" avec Jaimie Rose et Danny Aiello (1985)
- "Les Aventures de Sinbad" (1996/1998)
- "Tarzan et Jane" (2003/2004)

ça peut vous interesser

Marvin J. Chomsky

Rédaction

Les Aventures de Nick Carter

Rédaction

David Soul

Rédaction