18 août 2022
Dossiers séries TV Fantastique

Iron Fist avec Finn Jones

Par Fabrice Simon


Danny Rand est le fils perdu d'une richissime famille. Il est de retour à New York, après quinze ans d'absence pour tenter de reprendre l'entreprise familiale. Cependant, pour y parvenir, il devra affronter la corruption et le crime qui gangrènent ses proches. Pour cela, il pourra compter sur sa connaissance des arts martiaux. Plus précisément sa capacité à utiliser le Poing de fer. C'est une technique étudiée auprès des moines de K'un L'un.

"Iron Fist" est un comics créé, en 1974, par le le scénariste Roy Thomas et le dessinateur Gil Kane. Il apparaît pour la première fois en France, l'année suivante, dans le mythique magazine Strange. Puis, il poursuivra ses péripéties dans l'Hexagone dans le non moins mythique mensuel Titans. Relancée à de nombreuses reprises, cette bande dessinée est actuellement à l'arrêt (même si une nouvelle mouture des aventures solo de Daniel Rand* est prévue pour accompagner la série télévisée diffusée par Netflix). Cette dernière, coproduite par Marvel Television et ABC Studios, fait partie des quatre séries de super-héros de l'univers cinématographique Marvel. Le tout devrait converger vers la mini-série "The Defenders".

Après avoir rencontré un succès critique et public, en 2015, avec l'extraordinaire première saison de "Daredevil" et, à un degré moindre, la très bonne adaptation de "Jessica Jones", la seconde livraison des aventures du justicier aveugle (malgré l'apparition du "Punisher" remarquablement interprété par Jon Bernthal) et surtout la production de "Luke Cage" vinrent refroidir les ardeurs des téléspectateurs du monde entier. Alors, c'est avec un soupçon de fébrilité et de crainte que les fans de l'univers télévisuels Marvel attendaient la sortie des aventures du dernier super-héros sur un plate-forme de streaming. Le pratiquant d'arts martiaux "Iron Fist".

iron-fist-serie-2
Finn Jones - Copyright : Netflix

Autant le dire immédiatement ! Après la vision des six premiers épisodes de cette nouvelle production, les péripéties de cet héritier (disparu des radars pendant une décennie et demie avant de réapparaître pour combattre ses ennemis de La Main, un mystérieux groupe d'assassins déjà entrevue dans "Daredevil") n'atteint pas les sommets des deux meilleures adaptations produites en 2015. Toutefois, dans un premier temps, inutile de cogner, comme la plupart des critiques américains, sur le seul personnage principal.

Jugé fade, voire insipide, l'acteur Finn Jones (l'interprète de Loras Tyrell dans "Game of Thrones") n'est malheureusement pas aidé par le reste du casting. Ainsi, à l'exception de David Wenham qui parvient à insuffler une  légère émotion à son rôle ambigu, les autres personnages d'importance peinent à émerger. Ainsi, Jessica Henwick (autre transfuge de la série de HBO), Jessica Stroup (aperçue dans "The Following" et "True Blood") et Tom Pelphrey (à mille lieux du charisme dégagé dans "Banshee") ne sont-ils en effet véritablement pas à l'aise dans leurs rôles mal définis et grossièrement dégrossis.

Il faut alors souligner que le problème de cette série, certainement trop rapidement produite, réside dans son absence de rythme. Mais aussi dans une histoire manquant sérieusement d'enjeu. Elle est réalisée par des techniciens au curriculums vitae peu fournis. Tout comme elle est scénarisée par des auteurs au pedigree moins important que les autres showrunners des productions Marvel. C'est pourquoi, l'ensemble des situations s'enchaînent sans liant. Elles amènent des basiques suites de séquences. Celles-ci sont privées de suspense laissant le spectateur indifférent.

Surtout, ce qui surprend, voire énerve, c'est l'absence quasi-complète, dans cette moitié de saison, de méchant parfaitement identifiable. Car n'oublions pas que la réussite de "Daredevil" et de "Jessica Jones" provient tout autant des super-héros que de leurs pendants maléfiques, Le Caïd et Kilgrave. Interprétés par les excellents Vincent D'Onofrio et David Tennant, ces super-vilains amenaient une terreur et un danger permanents. Voilà qui révélait les failles et la fragilité de personnages pourtant immortels. De fait, en l'absence d'une telle figure maléfique, "Iron Fist" ne demeure pour l'instant qu'un show bon enfant. Une série rappelant les tristes adaptations DC diffusées sur la chaîne CW. On pensera notamment à "Arrow" ou "The Flash".

Décevant dans sa première moitié de saison (et cela même si certains scènes de combat livrent leur comptant d'adrénaline – comme dans le sixième épisode, une variation autour du "Jeu de la mort" avec Bruce Lee), réalisé par le rappeur RZA, "Iron Fist" possède néanmoins un potentiel qui, espérons le, devrait émerger dans les sept derniers épisodes. Le tout afin de permettre aux fans d'attendre sereinement la mini-série "The Defenders".

NB : "Iron Fist" est disponible sur la plate-forme Disney + depuis le 29 juin 2022.

ça peut vous interesser

Sense8 : La série

Rédaction

Daredevil : La série

Rédaction